Historique

Le centre social Christine Brossier a obtenu son premier agrément de centre social délivré par la CAF en avril 2014. C’est l’association Surypasserelle (association loi 1901) qui a porté cette demande et ce projet.

Comment a émergé l’idée du centre social ?

Au sein du Sou des écoles, association qui portait le centre de loisirs “Pré lude”, un groupe d’habitants a souhaité porter des propositions pour un public plus large, au-delà des seuls enfants des écoles. Ces habitants ont d’abord accompagné et porté le développement de la “section jeune”, qui a ouvert en 2009 en centre-ville.  

En 2013, le Sou des écoles s’est divisé en deux associations, l’une continuant ses activités auprès des enfants des écoles et l’autre, “Surypasserelle”, développant un projet de centre social.

Ce projet a été pensé et construit de manière collaborative entre les habitants, les élus municipaux en charge de la commission enfance/jeunesse, les acteurs sociaux présents sur le territoire (à savoir les équipes de la CAF et du département) et la fédération départementale des centres sociaux. Dans un premier temps, un diagnostic de territoire a été effectué ; puis dans un second temps, un projet social a été rédigé et présenté.

En 2014, l’agrément a été obtenu. Un directeur a été recruté pour piloter le développement du projet, et des actions ont pu commencer à voir le jour dès septembre 2014.

Aujourd’hui, après quelques années d’existence, différentes propositions et événements se sont inscrits dans le paysage suryquois, et une démarche de centre social est en train de voir clairement le jour à Sury-le-Comtal. Cette émulation doit encore se renforcer avec le concours des différentes parties prenantes du projet, à savoir avant tout les habitants de la ville mais aussi les associations et les institutions présentes sur la commune. 

 

L’une des personnes qui a beaucoup œuvré pour la création de ce centre social s’appelait Christine Brossier. Elle est malheureusement décédée en 2014, et c’est en hommage à cette personne que les habitants qui ont porté ce projet ont souhaité appeler le centre “Centre social Christine Brossier”. Sa fille Mélanie est aujourd’hui présidente de l’association Surypasserelle qui gère le centre social et qui, entourée d’une équipe d’habitants motivés et de plus en plus nombreux, continue l’action entreprise par Christine Brossier.